Recherche

Connexion

Professeur Pierre CHAULET
27 mars 1930 - 5 octobre 2012

 Pierre Chaulet est né à Alger le 27 Mars 1930, de parents catholiques sociaux engagés dans le syndicalisme, eux même nés en Algérie. Après ses classes primaires et secondaires suivies au Collège Notre Dame d'Afrique, il fait ses études de Médecine à Alger, tout en s'engageant dans le scoutisme catholique et le syndicalisme étudiant. Au début des années 1950, il participe activement à des contacts entre les responsables des mouvements de jeunesse algériens (scouts, étudiants, mouvements éducatifs confessionnels ou non, mouvements de jeunesse politiques). Il contribue à la création de l'Association de la Jeunesse Algérienne pour l'Action Sociale (AJAAS) en 1952, et devient membre du comité de rédaction de la revue « Consciences Maghribines » (1954-1956).

A partir de décembre 1954, il milite à Alger dans le FLN (transport, hébergement de militants clandestins, soins aux malades et aux blessés, diffusion des tracts et d'El Moudjahid ronéoté) et notamment pour les contacts avec la presse étrangère. Parallèlement, nommé Interne des Hôpitaux d'Alger sur concours en fin 1954, il entreprend des études de spécialité en pneumo-phtisiologie.
Arrêté puis emprisonné en Février 1957, il est expulsé en France en Mai, soutient sa thèse de Doctorat en Médecine à Paris en décembre 1957 et rejoint le FLN à Tunis. Il participe alors régulièrement à la rédaction d'El Moudjahid (en langue française) et à diverses activités développées dans le cadre du Ministère de l'Information du GPRA (responsable du Centre de documentation, membre de la Commission Cinéma - Son, chargé de la préparation de dossiers sur le Sahara et les hydrocarbures, et sur le peuplement colonial en prévision des négociations algéro-françaises), tout en poursuivant son activité professionnelle de médecin spécialiste dans la Santé Publique tunisienne et dans le service de Santé de l'ALN-FLN, Base de Tunisie.

1960 - dernières corrections des épreuves du journal
El Moudjahid sur le marbre de l’imprimerie de La presse
De gauche à droite: Pierre Chaulet, M’hamed Yazid, Redha Malek


1960 - dernières corrections des épreuves du journal
El Moudjahid sur le marbre de l’imprimerie de La presse
De gauche à droite: Pierre Chaulet, M’hamed Yazid, Redha Malek

La  carrière professionnelle du professeur Pierre Chaulet  a commencé comme Interne des hôpitaux d’Alger (Concours 1954), s’est poursuivie comme médecin chef de service de pneumo-phtisiologie des hôpitaux à Tunis de 1957 à 1962,  Assistant et Maître de conférence agrégé au CHU d’Alger Mustapha de 1962 à 1971,  Professeur chef d’un service de pneumo-phtisiologie au CHU d’Alger Beni-Messous et Directeur d’un programme de recherche médicale de 1971 à 1994, et enfin Médecin OMS du programme mondial de lutte contre la tuberculose à Genève de 1994 à 1999, et expert OMS de la tuberculose de 1999 à 2012. Parallèlement, il été chargé de mission pour la santé auprès du Chef du gouvernement algérien de 1992 à 1994, puis consultant en santé publique auprès du Conseil national économique et social  algérien de 2006 à 2012.

Claudine et Pierre Chaulet. Photo de couverture du livre
"Le choix de l'Algérie"

Les thèmes abordés au cours d’une carrière médicale qui s’étend sur plus d’un demi-siècle marquent les étapes d’une réflexion professionnelle d’un clinicien qui s’est progressivement transformé en formateur de personnels de santé et en planificateur sanitaire. Ils peuvent être regroupés comme suit :

  • Formation de base du clinicien.
  • Bilan de la pathologie respiratoire des années 50 en Algérie.
  • Découverte de la recherche médicale : épidémiologie, essais thérapeutiques, base du Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLAT). Relations avec l’Union Internationale Contre la Tuberculose (UICT) et le British Medical Research Council (BMRC).
  • Mise en œuvre du PNLAT au niveau national.
  • Formation des personnels, supervision des activités, évaluation des résultats, surveillance des indicateurs.
  • Développement des PNLAT dans d’autres pays d’Afrique, d’Asie, du Moyen-Orient et d’Amérique Latine.
  • Elargissement des programmes d’action sanitaires aux maladies respiratoires prévalentes (infections respiratoires aiguës et maladies respiratoires chroniques).
  • Mise au point de l’approche pratique de la santé respiratoire (APSR). Développement et promotion de l’APSR au niveau national, régional et international.
  • Réflexion sur la politique de santé publique dans les pays en développement. Priorité de la formation des personnels de santé. Hiérarchisation des.programmes d’action sanitaire. Définition des politiques pharmaceutiques nationales.

Il décède le 5 octobre 2012 de suites d’une longue maladie et il a été inhumé le 9 octobre 2012 à 12h. au cimetière chrétien d’El Madania à Alger.


Funérailles du Pr Pierre Chaulet
 


Nous venons de perdre avec beaucoup de tristesse un monument de la pneumologie Algérienne qui a tout donné à son pays sans rien recevoir en contrepartie. Point n'est besoin d'évoquer son militantisme pour la cause nationale qu'il a intelligemment occulté car il abhorrait exposer son patriotisme. De mémoire de jeune résident en pneumologie, je ne l'ai jamais entendu évoquer son passé révolutionnaire Ô combien riche en évènements. Je le savais surtout carré pour la rigueur pneumologique, pointilleux pour la sémiologie et la radiographie thoracique, mais surtout fondateur du programme national de lutte contre la tuberculose au lendemain de l'indépendance, et de la Société Algérienne de Pneumologie. Et premier initiateur de la stratégie DOTS en Algérie dès 1980, que l'OMS adopta quelques années aprés pour lutter contre la tuberculose dans le monde. Nous ne pouvons également oublier sa précieuse collaboration avec le BMRC anglais avec les Walace fox, Denis Mitchison et d'Arcy Hart pour la mise en place de la quadrithérapie (SHRZ/RH) qui a permis la guérison de millions de tuberculeux de par le monde. Sa contribution à l'OMS, ses publications, la formation de plusieurs générations de pneumologues et j'en passe, un livre ne pourra suffire pour évoquer du Chaulet. Il me souvient, il y'a quelques années lors d'un congrès Maghrébin à Alger, j'ai eu l'insigne honneur de me trouver dans une voiture en compagnie du Pr. Chaulet et du Pr. Zidouni, et c'est là que j'entendis pour la première fois parler de son passé révolutionnaire, venant de lui!, c'était le Pr.Zidouni qui lui demandait d'écrire ses mémoires. Et c'est à ce moment-là que j'appris via le Pr. Zidouni que la charte du congrès de la Soummam a trouvé refuge dans les langes du fils du Pr. Chaulet pour passer inaperçu à travers les barrages des paras. Pour satisfaire ma curiosité j'ai décidé de repotasser ce qui était écrit sur l'histoire de la révolution, notamment Yves courrière, Stora, Harbi et d'autres, Eh bien Chaulet était présent en force.......Enfin, quel bonheur pour moi lorsque je le reçu chez moi à la maison en 2003 pour quelques heures, il était de passage à Oran, il m'a remis Tuberculosis Hand Book, un bouquin exhaustif sur la tuberculose dans tous ses aspects, notamment organisationnels et m'a donné quelques conseils pour ma thèse sur la résistance aux antituberculeux.
Mes sincères condoléances vont à sa famille, son épouse Claudine, ses enfants et ses frères et soeurs, à la pneumologie Algérienne et à l'Algérie qui perd en lui un de ses meilleurs et braves fils.
Abdelmadjid Snouber


Le professeur en médecine Pierre Chaulet, décédé vendredi 5 Octobre 2012 à l’âge de 82 ans à Alger des suites d’une longue maladie, a voué toute sa vie à l’Algérie, en luttant pour son indépendance et son émancipation du joug du colonialisme et en contribuant à son édification.
Né en Algérie en 1930, Pierre Chaulet, qui a opté pour la nationalité algérienne au lendemain de l’indépendance, a été l’un des pionniers de la médecine algérienne.
Pendant la guerre de Libération nationale, il a lutté au coté du Front de libération nationale (FLN) et a été chargé de plusieurs missions, lors desquelles il a côtoyé de grands dirigeants de la Révolution, tel Abane Ramdane.
Pour l’historien Daho Djerbal, Pierre Chaulet et sa femme Claudine "ne sont pas rentrés dans le Front de libération nationale, seulement en tant que militants de base, mais ont également pris en charge, protégé et soigné les dirigeants du FLN et les moudjahidine".
Pierre Chaulet a été aussi l’un des fondateurs de l’agence Algérie presse service en 1961 à Tunis.
Relatant les premiers pas de l’agence nationale d’information, il a qualifié cette période de "critique" car il s’agissait de porter la voix de l’Algérie combattante à travers le monde en diffusant l’information de la manière la plus large possible.
L’agence apportait à travers les informations qu’elle diffusait un "soutien psychologique" aux populations dans les villes et douars d’Algérie, a-t-il indiqué lors de la célébration du cinquantenaire de sa création.
Pierre Chaulet a également fait partie de l’équipe rédactionnelle du journal El Moudjahid, doyen de la presse écrite nationale.
Eminent spécialiste en pneumologie, Pierre Chaulet a formé après l’indépendance des générations de médecins algériens et a mené un combat sans répit contre la tuberculose. Son dévouement et sa compétence lui ont valu d’occuper de hautes fonctions au sein du ministère de la Santé.
Son expertise reconnue lui a également valu d’être sollicité par l’organisation mondiale de la santé (OMS) en qualité de consultant.
Pierre Chaulet a été, en outre, vice-président de l’Observatoire national des droits de l’homme et membre du Conseil national économique et social (CNES).
Rédha Malek, porte-parole de la délégation du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) lors des négociations d’Evian et ancien chef du gouvernement, a écrit que le couple Chaulet est considéré comme un symbole de la guerre de Libération. Il est également, a-t-il souligné, "un témoignage vivant de la grandeur de la Révolution algérienne qui a pu, grâce à sa légitimité, attirer des partisans d’origine française".
APS